Contractors Without Borders

Pourquoi Entrepreneurs Sans Frontières?

TROIS MÉGA PROJETS

POURQUOI ESF?
NOTRE STATUS

QU'EST-CE QU'UN ENTREPRENEUR ?

Joseph Schumpeter Selon Joseph Schumpeter, l’Entrepreneur et celui qui innove et qui prend le risque de plaire à la société en brisant la routine et les usages.  

L’entrepreneur est beaucoup plus qu’un chef d’entreprise, simple administrateur, gestionnaire.  Beaucoup plus qu’un rentier-capitaliste, simple  propriétaire des moyens de production.  L’entrepreneur se comprend, suivant J. Kirzner, comme celui qui exerce naturellement la faculté de vigilance individuelle, permettant la découverte, avant d’autres individus, d’occasion de pur profit, c’est à dire de besoins individuels insatisfaits.  
Ainsi, l’entrepreneur est finalement celui qui :
1. découvre des besoins insatisfaits;
2. agit pour les satisfaire, et
3. en tire un profit.  

Cela implique quelque pratique entrepreneuriale a besoin non seulement du talent, de la vigilance, mais aussi  d’un environnement qui encourage cette pratique.  Comment ?  Par reconnaissance d’abord de l’individualité, ensuite de la légitimité du profit, et enfin, de l’éfficacité de l’initiative de privée comme vecteur de création de richesse et d’emploi. 

A. L’EMERGENCE DE LA FIGURE DE L’ENTREPRENEUR MODERNE ETAIT AINSI INTIMEMENT LIEE A L’ESSOR DE L’INDIVIDUALISME  (pas au sens de l’égoïsme) et de l’humanisme, qui garantissaient la reconnaissance de la légitimité de l’initiative et de l’intérêt privé.  En effet, les sociétés, où le groupe prime sur l’individu, combattent tout bouleversement de l’ordre sociale et résistent au changement voir le sort de Galilée qui osait prétendre que la terre n’était pas le centre du monde.

Contractors  Il faudrait donc que l’on considère avec bienveillance celui qui pense différemment, propose d’autres solutions; qu’on lui laisse faire les preuves de l’intérêt de ses découvertes.  Et surtout, que l’on accepte que l’entrepreneur s’approprie le fruit de son innovation.

B.  MOTEUR DU DEVELOPPEMENT EST LA CAPACITE A PERCEVOIR DES OPPORTUNITES ECONOMIQUES ET A LES SAISIR, il  faut par définition que nous soyons libre de les saisir.  Sans liberté, il devient difficile pour la population de bénéficier des talents de leurs concitoyens.  Une croissance économique plus élevée a plus de chances de se concrétiser dans des sociétés où les gens ont la possibilité de participer librement aux marchés, où ils peuvent exploiter au mieux leurs talents pour améliorer leur bien-être matériel.  

Cela exige que les règles du jeu soient favorables à l’initiative privée.
Dès lors, si le potentiel entre entrepreneurial africain (pays en voie du développement) n’est pas aussi visible que l’on souhaite, c’est parce qu’il est tué dans l’oeuf.  Et pour cause, un environnement institutionnel (règles du jeu) anti-entrepreneurial.  Selon le dernier classement (2013) de la Fondation “ HERITAGE”, aucun pays africain, ne figure dans le catégorie libre. 
Contractors
Près de 80¨% des pays africains ne sont pas dans le top 100 du classement “DOING BUSINESS”  2013, mesurant la facilité de faire des affaires.  La complexité, la longueur et la cherté des procédures administratives (enregistrement de la propriété, création de l’entreprise, obtention des permis de construire; obtention des licences etc…); la multiplicité des taxes et des prélèvements, la rigidité des lois font augmenter les coût d’investissement surtout pour les petits entrepreneurs.  L’excès des réglementations et leur instabilité, accroît le risque et l’incertitude, ce qui explique pourquoi les entrepreneurs africains se rabattent sur l’informel afin de fuir l’enfer réglementaire  et fiscal.

Et quand bien même, ils décident d’opérer dans le formel, ils le font dans des activités spéculatives, rentières, bref les moins risquées.  Cela est à l’origine du phénomène selon lequel le capital africain est à dominante marchande qui se valorise dans l’échange, et non pour un capital productif se valorisant par la production.  D’où la faiblesse de l’investissement productif dans les pays africains.  Une faiblesse qui s’explique également le déficit d’épargne (en moyenne pas plus de 9% du PIB en 2013, contre 20% en Asie du Sud.

C.  DE MEME, LE CADRE INSTITUTIONNEL EST FAVORABLE A L’EPARGNE.
En effet, avec des Etats budgétivores, la pression fiscale limite le potentiel de consommation et d’investissement moteurs de la croissance économique.  Pis, l’essentiel du revenu des contribuables est dilapidé dans des  dépenses ou des projets publics aussi bien inutiles qu’inéfficaces.  De même, les politiques monétaires inflationnistes consistant à offrir de l’argent facile et à financer les déficits publics par la planche à billet, ne font qu’exproprier les Africains en étudiant la valeur monétaire de leur salaire, de leur retraite, leur patrimoine, en nourrissant la spirale inflationniste.  

Enfin, l’absence de marché financier concurrentiel, limite la canalisation de l’épargne  vers des investissements productifs de long terme.  Bref, cet environnement institutionnel anti-investissement et anti-épargne  explique pourquoi le potentiel entrepreneurial  africain ne concrétise pas dans les faits. Pensez juste à Steve JOBS d’origine syrienne : aurait-il pu devenir l’emblème de l’entrepreneur s’il avait évolué dans l’environnement institutionnel syrien au lieu de l’environnement américain ?

POURQUOI « ENTREPRENEURS SANS FRONTIERES » ?


Les pays en voie d’équipement communément appelés pays du “Tiers-Monde” et autres pays appelés “émergeants” sont composés à quatre-vingts pour-cent des jeunes.  L’avenir de ces pays dépendra de la façon dont leur jeunesse est préparée.  Les États à raison ont d’autres priorités . Il revient aux personnes aiment et qui s'intéressent aux jeunes, le développement socio-économique, les sports et loisirs de s’en occuper aux problèmes de ces derniers, comme c'est le cas dans plusieurs pays industrialisés d’Europe, d’Asie, et des Amériques.

Pour faire tourner à plein régime le moteur et l’emploi, il faut mieux utiliser tous les talents et énergies existants dans chaque pays.  Ce pays doit miser sur les Entreprises, et tout particulièrement, sur les Petites et Moyennes Entreprises (PEM), les Entreprises familiales, les professions indépendantes et libérales, les Commerçants, les Artisans, les Agriculteurs et d'autres acteurs.

C'est dans cette optique qu'Entrepreneurs Sans Frontières  s'est fixé comme objectif premier de favoriser la création des entreprises à travers des programmes adaptés ainsi que l'information à mettre à la disposition des futurs entrepreneurs  afin de créer des vrais emplois.

ContractorsLa jeunesse constitue des éléments de base pour le développement d’un pays ou de toute société humaine dans le monde actuel.  C'est dans cette visée que ESF veut les aider à devenir indépendants à l’avenir.
Nous sommes une organisation à but non lucratif, apolitique, non gouvernemental, reconnue par plusieurs gouvernements à travers le monde, comme une organisation d’utilité publique dotée d’une personnalité juridique.

Nos projets se justifient par le fait que lorsqu'on regarde l'environnement économique 80% des emplois sont créés par le PME, et le revenus sont également générés par ces Entreprises dans un contexte économique mondial fragile et imprévisible. Convaincre les investisseurs d'investir dans les secteurs porteurs tels que les infrastructures, les mines, le transport, l'agro-alimentaire, la santé et l'éducation n'est pas une mince affaire. Il faut éviter la peur qui est l'ennemi numéro un de l'homme.

ESF met en oeuvre annuellement une quarantaine projets de développement communautaire humanitaires, qui concernent presque tous les secteurs de la vie de l'homme logement, l'education, la santé, l'agriculture, le sport et la culture, etc.

Nous voulons dire par cela que : les difficultés sont nombreuses pour mettre en oeuvre un projet, surtout dans la partie du coût des materriales à utiliser. Entre le momente de la demande d'assistance financière et commence le trabayo, le prix de l'acier, dans des blocs de ciment, bourse de ciment, bois et autres matériaux de construction coût 40 % mas, mais je prends la parole sur le prix du lubo, sur le toit des recouvrements, équipements medicaux, agricoles, etc…, sans parler des travaux niveau supérieur presque chaque semaine.

Ainsi, dans la realisation de ces projets nous sommes obligés à estimer environ le coût total du projet à une demande d'aide financière.

 

recent tweets

  • I'm looking for some cool web design #contract templates for #freelancers, any suggestions? 3 days ago

  • @contractors-wb will definitely do that, thanks :) 6 days ago

  • Now coding the contractors-wb Business Theme, having fun :D 13 days ago

subscribe to our newsletter

Enter your email address below to subscribe. You will receive our newsletter once a week.

Terms of Use   |   Privacy Policy

let's keep in touch

You can contact us by using the contact information below or by sending us a message via our contact form.

© Copyright 2011 contractors-wb. All rights reserved.